stop a toutes les violences familiales, conjugales et sexuelles

Blog d’information sur les mecanismes et vos consequences des psychotraumatismes consecutifs a Plusieurs violences familiales, conjugales et/ou sexuelles.

Di?s que 1 copine reste agressee, Un doute n’est nullement permis. Article d’Annie Ferrand, Aout 2011

des que 1 soeur reste agressee, le doute n’est jamais permis.

Annie Ferrand (1)

En telechargement (en PDF) a J’ai Une du website de l’association :

Nausee . Colere d’opprimee flouee et foulee a toutes les pieds . C’est et cela me vient pour le jour ou ma realite revient au sein des rails en previsible : Le dossier accablant dans une affaire de viol – etat de NY c/ DSK – s’evapore via ma magie d’un proces d’intention .

Ma notion de credibilite en victime a prevalu via Un credit que Notre justice accorde a les propres experts. En effet, Votre rapport medico-legal pour Mme Diallo a revele Notre presence de sperme de l’accuse et quelques lesions assez particulatites Afin de qu’ il conclut : ” Diagnostic: agression . “. Un 22.08, Notre justice s’est prononcee dans Notre cause de l’abandon quelques poursuites : des elements rassembles ne permettraient gui?re d’accrediter ma version d’une plaignante au dela d’un « doute raisonnable ». Car ma poursuite aurait du prouver hors de « tout doute raisonnable » qu’un crime a ete commis et que c’est l’accuse qui l’a commis. La question est : pourquoi ma presence d’ADN pour l’accuse et Plusieurs traces qui, selon les medecins, sont l’indice d’une agression, ne prouvent Manque « au-dela en doute raisonnable » que l’accuse a agresse votre victime ?

1- Le soupcon raisonnable…

Le procureur a quelques visees electoralistes du abandonnant leurs poursuites. Mais, Cela a degote 1 raison plutot credible. Sa propre seule certitude reste qu’il y a eu « acte sexuel », et quant pour savoir lorsque Mme Diallo a ete forcee, aucune certitude ne serait possible. Un seul element qu’il retient comme « preuve » indubitable reste votre presence de sperme. Exit leurs traces pour violence . Pourquoi ignorer des elements tangibles ? Pourquoi une vision partiale va devenir credible ? Car i§a enterine Notre version sexiste que medias et avocats pour DSK martelent cela fait le commencement : depuis eu relation sexuelle . Or i§a signifie juste que l’affaire est jugee d’avance. Car nos notions pour relation sexuelle et de viol s’opposent : l’une est 1 relation normale, l’autre reste de agression qui a pour arme Ce penis. Sa these d’la relation sexuelle n’est corroboree qu’en l’absence de preuve d’agression. A l’instar des militantes pour New York , j’insiste : vos traces de violence ne signifient donc que dalle ?

Pas Vrai . Des avocats de DSK l’affirment tel 1 evidence : nos lesions constatees « ont la possibilite de avoir ete provoquees avec un ratio sexuel consenti ». Ah bon ? des ecchymoses du sexe ? 1 partie de « ravissement » beaucoup douloureuse Afin de madame ! Mensonge insultant . Suivant le procureur : « tous les preuves physiques, scientifiques et d’autres natures indiquent que l’accuse a engage Le acte sexuel precipite avec la plaignante… ». Precipite ? Comme tsdating application rencontre « y s’est precipite sur mon emmenagement pour m’agresser » ou comme « y est presse… un avion a prendre » ? Jeu pour commentaire insultant . Pourquoi Le tel mepris ? Car vos lesions constatees n’ont reussi i  corroborer « du dela de ce doute raisonnable » Notre these pour l’agression. L’intermediaire d’evidence avec ses violence et prejudice fut rompu. Via quoi ? Par l’idee que sa plaignante ait reussi i  consentir a sa violence. Car, rappelons-le, Un prejudice est mon dommage, du tant que tel indesirable pour la victime. Si la plaignante a consenti pour J’ai violence, sa violence n’est plus 1 prejudice . C’est 1 option bien sexiste qui etablit Le double standard en matiere d’agression : votre violence ne porte Manque de soi prejudice aux jeunes filles car elles sont a meme de en jouir . Ce qui a prejudice est que sa plaignante n’ait nullement consenti a ce qui s’est passe, quelle qu’en puisse i?tre votre violence .

Par consequent, Notre plaignante a pu consentir a votre violence… peut-etre est-elle masochiste. Une telle possibilite fut capable pour mettre en doute l’evidence d’une agression ayant laisse des traces. Ce raisonnement a meme tenu contre toute probabilite. De femme proposerait des actes sadomasochistes a mon inconnu sur Ce lieu d’embauche ? du coup que 90% quelques adeptes de ce SM (2) paraissent quelques gari§ons et qu’aucune cousine ne se risquerait d’elle-meme pour votre scenario brutal Gri?ce i  mon inconnu ? Invraisemblable. Pourquoi ce doute pour masochisme est juge trop « raisonnable » ? Il semble parvenu pour neutraliser quelques preuves accablantes d’agression aussi qu’il ne correspond ni pour une realite statistique ni pour votre raisonnement logique. Dans les faits, comment 1 probabilite de 0.0…01% (l’employee masochiste , lequel arrive dans Le client sadique) peut-elle mettre de doute de these a 100% corroboree (agression) ? Ce soupcon releve d’une sociologie folle ou regne J’ai probabilite infinitesimale. D’ou doit venir aussi une « credibilite » ? De le « realisme ». Indeniablement, le soupcon de masochisme feminin reste instille avec toute une culture sexiste. Votre chimere resonne pour differents niveaux de fabrication en vision dominante d’un vrai : quelques sciences une sexualite (3) a l’art ( Dworkin , 1974), du passant par Notre pornographie. Sa credibilite de Le soupcon reste maintenant imposee avec sa propagande d’un empire multimilliardaire : l’industrie proxenete et ses secteurs promotionnels – pornographie, publicite, magazines, clip musicaux ( Dines , 2005 ; Poulin , 2007). Cela reste Alors aussi « raisonnable » que sa realite, en tant que l’ideologie construit la perception une realite. Tous les industriels de ce sexisme imposent de fiction « realiste » faite de chimeres : « Notre soubrette , lequel aguiche », ma racisee (4) « qui a le sang chaud », la « masochiste qui jouit d’etre contrainte et brutalisee », la « vendue , lequel ferait bien concernant pour l’argent ». Avec notre culture pornographiee (Poulin, 2009), Notre « soubrette masochiste prostituee » y a, telle 1 probabilite « realiste » creee via votre faisceau de messages reels (scenario de films, publicites sexistes), causes via l’expansion de ce proxenetisme. Des industriels creent de mi?me Un soupcon « realiste » que toute femme est masochiste . Aucune de l’ensemble de ses souffrances (servilite, exil, etc.) ne resiste au stigmate. Surtout si plane le soupcon qu’elle reste 1 vendue , votre simulatrice absolue. Lever ce doute revient du coup pour « nier J’ai realite » (porno-proxenete) basee via votre probabilite (virtuellement imposante) que « quelques dames comme ca existent ». Or nier votre realite n’est jamais raisonnable.